Bienvenue aux petits poucets

Ce blog propose de courts billets en rapport avec l'astrologie des astéroïdes.
Son objectif est de les faire découvrir, ensuite de faire circuler l'information disponible, et de renvoyer vers des liens ou des publications qui en parlent...

Le Gravier Cosmique
fait partie de la constellation de L'OEIL D'HOROS, mon site personnel d'astrologie

dimanche 12 décembre 2010

Quetzalcoatl 1915

Quetzalcoatl, par Xcorvus/DeviantArt
De fait, ce blog est massivement dévoué à la mythologie grecque... Varions un peu les plaisirs et le menu, en essayant d'en apprendre un peu plus aujourd'hui sur l'astéroïde Quetzalcoatl.

Quetza-quoi ?

La sonorité exotique de ce nom, nous renvoie sur la zone mésoaméricaine. Il s'agit d'une divinité aztèque, faisant partie des dieux principaux les plus importants. Sa traduction propose "serpent à plumes précieuses", ce qui pour nos imaginaires, nous renvoie à une sorte de dragon ailé ou pour ceux qui aimaient les grosses bêtes de la préhistoire à un "archéoptéryx" (une sorte de lézard oiseau).

Quetzalcoatl est le nom aztèque du dieu mais plusieurs peuples mésoaméricains lui rendaient un culte sous des noms différents.

Attributs
Ce dieu était spontanément associé à l'étoile du matin (Vénus), tandis que l'étoile du soir était associée à son jumeau Xolotl. Considéré comme un dieu bienveillant et civilisateur, il est réputé avoir apporté les livres, le calendrier, la culture du maïs. Il serait aussi responsable de la recréation de l'humanité du 5e monde (la mythologie aztèque est fondée sur des conceptions cycliques, le 5e monde est le nôtre et ce cycle est appelé à se terminer très bientôt en décembre 2012).
Une autre légende raconte que l'étoile du matin est le coeur du dieu, qui se serait immolé après avoir été séduit par son ennemi Tezcatlipoca.

Ses attributs ont cependant évolué avec le temps. En des périodes antérieures, il était également célébré comme dieu du vent, dieu bienveillant du savoir et des artisans, dieu des jumeaux, dieu de la végétation (très lié au dieu de la pluie).

Le thème de découverte

L'astéroïde Quetzalcoatl a été découvert le 9 mars 1953 à l'observatoire de Palomar en Californie, par Albert Wilson. A noter qu'il a aussi été à l'orgine de la découverte trois ans plus tôt de l'astéroïde Tezcatlipoca.

Le Soleil (animateur) de ce thème se trouvait sur le 19e degré des Poissons dont le degré sabian est en résonance avec les éléments mythologiques qui veulent que Quetzalcoatl soit allé récupérer les os des humains des précédents cycles dans le monde souterrain et reformé de nouvelles créatures avec son propre sang pour leur redonner vie.
Un maître instruit son disciple. Le transfert de pouvoir et de savoir permettant à l'impulsion créatrice et spirituelle du cycle de perdurer dans sa direction originelle.

Le degré même de découverte de Quetzalcoatl est imprécis (heure de découverte non communiquée, comme souvent). Sur la journée du 9 mars, son parcours s'étend de 3°44 à 6°16 de la Vierge (de minuit à 23h...).  Cependant comme les observations d'astres se font généralement de nuit... on peut supposer que la découverte ait pu se faire soit avant le lever du soleil, soit après.
Je relève pour vous quelques degrés sabians intéressants par rapport au contexte mythologique :
  • Le 3e degré de la Vierge propose : Deux anges gardiens. Aide et protection invisible en temps de crise.
Ce degré parait en connexion avec la face gémellaire et bienveillante de Quetzalcoatl et de son jumeau (deux anges gardiens).
  • Le 5e degré de la Vierge : Une personne réalise l'existence d'esprits de la nature et d'agents spirituels normalement invisibles. Ouverture à de nouveaux plans de conscience.
Ce degré insiste de nouveau sur la dimension "invisible". Les spiritualités du territoire américain (celles des peuples d'origine) sont en lien étroit avec le respect de la nature et la croyance en différents esprits. Dans la mythologie Quetzalcoatl est un dieu qui a pu voir ses attributs en lien avec la nature, la végétation et la domestication de celle-ci (avec la culture du maïs). De plus l'ouverture à de nouveaux plans de conscience se traduit par les apports de connaissance qu'il a réalisés : introduction du calendrier, de l'écriture...

Les aspects les plus notables concernent soit la Lune soit Mercure selon l'horaire.

Données astronomiques

L'astéroïde Quetzalcoatl fait le tour du Soleil en un peu plus de 4 ans (il appartient à la Ceinture Principale). Son orbite est passablement excentrée (de l'orbite de la Terre vers celle de Jupiter, il coupe franchement l'orbite de Mars) et il possède aussi une inclinaison sur l'écliptique. Je me plaignais récemment de la taille de Ptah et d'Hermès, et bien Quetzalcoatl fait environ 500 m de diamètre !
Lent dans les signes qui vont du Sagittaire au Bélier, il prend de la vitesse lorsqu'il est plus près du Soleil, notamment dans les signes qui vont du Cancer à la Balance.

Music-hall, boas et plumes

Dans un registre terre-à-terre (pas forcément optimal car le dieu est céleste), examinons une application très "premier degré" de Quetzalcoatl, ici avec des artistes utilisant un ustensile serpentiforme avec plus ou moins de plumes...

Dans le thème de Zizi Jeanmaire, artiste de music-hall et interprète célèbre de la chanson "Mon truc en plume", (née en 1924) l'astéroïde Quetzalcoatl se trouve au natal dans sa maison X (bonne mise en valeur) sur le dernier degré des Poissons. On remarque aussi que l'année de sortie de sa célèbre chanson (1956), l'astéroïde Quetzalcoatl transite son Soleil natal et son Mercure en juin-juillet.
Zizi Jeanmaire née le 29 avril 1924 à Paris - 09h00

En ce qui concerne Régine (autre artiste "reine de la nuit") née en 1929, et interprète de la populaire "Grande Zoa" dont l'ustensile principal est un "boa"... son astéroïde Quetzalcoatl est au milieu de son amas situé en fin de Sagittaire début Capricorne tout près de sa conjonction Saturne Soleil.
En 1966, date de la sortie de cette chanson qui assoit sa renommée et sa popularité, Quetzalcoatl est au carré des Noeuds et de la Lune.
Régine née le 26 décembre 1929 à Anderlecht (Belgique) - 21h00

L'actrice Joanna Cassidy qui a joué Zohra la danseuse exotique dans le cultissime Blade Runner, une répliquante dont l'ustensile de scène était... un serpent robot (plus hightech qu'aztèque) a cependant l'astéroïde Quetzalcoatl à deux doigts de l'Ascendant (en XII)... A moment de la sortie du film, l'astéroïde venait de transiter à l'opposition de son Soleil en X.
Joanna Cassidy née le 2 août 1945 à Haddonfield (New Jersey) - 13h46

Mais aussi..
>> Voir les éphémérides de Quetzalcoatl chez Dunn.

jeudi 11 novembre 2010

Tentatrice et enchanteresse Circé

Vous étiez perdu en mer et voilà que vous vous trouvez soudain en vue d'une île où, sur la plage abandonnée, une superbe créature environnée d'animaux qui lui mangent dans la main, vous invite à prendre un verre... Vous pensez que vous êtes tombé sur Brigitte Bardot ? Perdu ! Vous voilà sur l'île d'Aéa chez la magicienne Circé !

Pour ceux qui peuvent trouver que la mythologie grecque n'est définitivement pas assez "fantasy", pas assez magie, sorcellerie, potions et transmutations... c'est qu'il ne connaissent pas encore Circé ! Il y a de la place pour un long article pour montrer toutes les potentialités d'un riche personnage comme le sien, mais nous sommes dans une note de blog, et le genre incline à faire (très) court...
Alors disons que Circé est une magicienne, qu'elle maîtrise l'art du tissage céleste (?), des philtres et des poisons ; que bien que fille d'Hélios et de l'Océanide Perséis, elle circule sous une éblouissante forme, indéniablement féminine. Mais il y a un hic. Elle n'aime pas les hommes, elle en a juste besoin pour une petite chose que vous devinerez tout seuls. Elle transforme tous ceux qui l'approchent en animaux (domestiques) : fauves, canidés, pourceaux... Acchh ! Malheur. Trop belle, tentatrice, manipulatrice... elle vous susurre après un rafraichissement que vous êtes son lion, son gros loup et plop ! ça y est pour de bon ! Vous l'êtes... Toujours partants ?

L'astéroïde Circé n°34
Nous reviendrons plus tard sur les fascinantes perspectives de la riche histoire de Circé (un nom qui signifie épervier ou faucon -- oui, comme Merlin qui était lui même un enchanteur, vous l'aurez noté certainement) pour aborder les premiers éléments concrets pour l'astrologie.

L'astéroïde Circé a été découvert à Paris (une fois n'est pas coutume !) le 6 avril 1855 par l'astronome Jean Chacornac. Ses dimensions sont estimées à 113,5 km de diamètre, avec un tour du soleil en un peu moins de 4 ans et demi (4,4 ans) et bien sûr, et rien que ce détail trahit qu'il s'agit bien d'un astéroïde de la Ceinture Principale. Elle est à peine inclinée sur l'écliptique et son orbite circulaire est à peine décentrée.

Elle a été découverte rétrograde à 26°03 de la Balance (Soleil en Bélier).

Propositions pour l'interprétation astrologique
Dites merci à Google Books, je viens de trouver un tout petit article qui cite les meilleures sources (Wescott, Lehman et Schwartz) dans "The astrology book : the encyclopedia of heavenly influences" par James R. Lewis.

<< Astéroïde Circé
(...) Le nom de Circé vient de l'enchanteresse qui a retenu Ulysse sur son île, une sorcière réputée pour sa connaissance de la magie et des herbes empoisonnées.
D'après Martha Lang-Wescott Circé représente le lieu où l'on porte assistance aux autres, de même que le lieu où nous en recherchons nous-mêmes. Le mot clé de cet astéroïde est "sauvetage". Pour J. Lee Lehman, Circé possède une facette magicienne et une facette tentatrice qui indique où l'on a le pouvoir d'influencer les autres, pour le meilleur comme pour le pire. Jacob Schwartz propose comme signification pour cet astéroïde celle d'une femme hétérosexuelle qui déteste les hommes, en est dépendante sur le plan sexuel, mais sauve néanmoins ceux qui ont besoin d'assistance. >>

La définition de Schwartz présente le résumé le plus court qu'on puisse faire en le dérivant de l'Odyssée. Mais Circé fait aussi partie de la légende de Jason et les argonautes (elle est la tante de la magicienne Médée (Mayday ?)). Il semble que selon les auteurs et la compréhension qu'ils développent du mythe, l'interprétation varie du plus sombre (Circé est sujette à la revanche, à la manipulation, elle utilise ses pouvoirs pour servir dans un premier temps ses propres desseins), jusqu'à des aspects plus positifs (une fois touchée par l'amour, elle les utilise pour aider les autres. Elle donne des conseils à Ulysse pour l'aider à rentrer chez lui, elle recueille et purifie Médée et Jason (sans connaître leur crime...)).

Bref, la belle (et non immortelle !) Circé est en quête de rédemption. Les fauves maîtrisés doux comme des agneaux et dont elle s'entoure sont à l'image de ce qu'elle aspire à être (certains la rapprochent ainsi de l'arcane de La Force). La lune en Scorpion du thème de découverte, l'accentuation de l'agressivité par Mars Soleil, la triomphante beauté d'une Vénus en Taureau et l'aspiration à l'équilibre relationnel de l'astéroïde en Balance... tout est là !

Ci-contre, proposition d'illustration pour Circé, une italienne forcément, car selon la mythologie, sa descendance (avec Ulysse) est liée à l'Italie. Géographiquement, le Monte Circeo surplombe la mer au sud du Latium.

>> Obtenir les éphémérides de Circé chez J. Dunn
>> Observer l'orbite de Circé sur le site de la Nasa

mercredi 20 octobre 2010

Heracles 5143


J'ai reçu ces jours-ci d'intéressantes réflexions sur une façon de faire fonctionner ensemble les astéroïdes Chiron et Heracles. Bonne occasion de dire quelques mots sur le héros grec dont on n'a pas reparlé sur l'Oeil depuis quelques années !

Héraklès - photo et montage A. Lorrai
Mythologie
Pour ceux qui auraient besoin d'un petit rattrapage de mythologie, Internet leur fournira tout ce qu'il faut, Héraclès (Hercule) n'est pas un de ces obscurs protagonistes dont on ne sait vraiment rien. Mais pour les plus jeunes qui passeraient par ici, de grâce, oubliez Walt Disney et son adaptation trop personnelle des dieux de l'Olympe...
Les archives du site proposent plutôt à la lecture deux petits articles de février 2005 :
- Héraclès avant travaux (B.11)
- Un zodiaque initiatique (B.12)

Le premier article fait donc un retour sur Héracles "avant travaux". De la naissance au moment où il entreprend sa quête de rédemption à travers les fameux 12 Travaux. Le dernier fils de Zeus, sa vie, son oeuvre... L'intérêt d'Héraclès n'est pas de nous montrer un monsieur muscle avec un pois chiche dans la tête... non, mais un symbole de l'être humain en voie d'accomplissement.
Le second article consiste en une courte présentation de l'association des signes zodiacaux avec les Travaux (ou épreuves) d'Héraclès.

L'astéroïde Heracles
En dépit de son nom inspiré de la mythologie grecque, et qui aurait pu faire croire à une découverte au 19e siècle, Heracles est une trouvaille récente. Il a été découvert il y a vingt ans, le 7 novembre 1991 à l'observatoire du Mont Palomar par Carolyn Shoemaker.
Si sa renommée est grande et durable, l'astéroïde est tout petit avec ses 5 km estimés ! Astéroïde de la Ceinture Principale, il appartient à la catégorie des Apollos, et il accomplit un tour de zodiaque en 2 ans et demi, ce qui est remarquablement rapide.
Sa vitesse moyenne devrait être de 1 signe toutes les 10 semaines, mais comme d'habitude, la réalité est différente car son orbite est assez excentrique. Concrètement il passe le plus clair de son temps entre le Verseau et le Taureau, et met moins d'un an à parcourir les huit signes restants. Sur sa page, Zane Stein signale même qu'il peut rétrograder de 4 signes, mais qu'en 200 ans, il ne l'a jamais fait dans les signes qui vont du Cancer au Sagittaire !...

Son degré de découverte est intéressant puisqu'il se trouvait entre le 22e et le 23e degré du Bélier, tandis que le Soleil était bien accompagné dans le Scorpion (14°) avec Mars, Pluton et la Lune !
Positions intéressantes à plus d'un titre.
  • Pour ceux qui s'intéressent au zodiaque des constellations, le degré de découverte d'Heracles le renvoie dans les tous derniers degrés des Pisces, signe des derniers accomplissements (autour de 28°). Le 29e degré des Poissons annonce la toute fin symbolique d'un cycle.
  • Pour ceux qui connaissent l'ouvrage d'Alice Bailey sur les travaux d'Hercule, il remarqueront que le signe associé à Hercule est celui du Scorpion car c'est celui des Epreuves que passe le Disciple. Le Soleil de découverte de l'astéroïde, très entouré dans ce même Scorpion ne peut que venir renforcer ce rapprochement, et fera dire à certains qu'il n'y a pas de hasard !
Au moment de la rédaction de cette note, Heracles est rétrograde au mitant des Poissons. Il est entré dans ce signe le 29 août dernier et y restera jusqu'au 26 février 2011 (5 mois).

Heracles et Chiron
Zane Stein signale que les deux petits corps célestes tendent tous deux - chacun dans leur partie du système solaire - à "viser" vers Jupiter. Cette planète étant le point le plus haut visé par Heracles (au niveau des orbites), d'une part, et le point le plus bas visé par Chiron d'autre part. 

Le mythe associe les deux personnages : Chiron a été le précepteur d'Héraklès, et c'est à cause de l'inconséquence ou de l'imprudence d'Héraklès que Chiron a été blessé par le venin mortel de l'Hydre dont Hérakles enduisait ses flèches.

Il existe un lien de filiation entre Zeus (Jupiter) et Héraklès (c'est son père) et un second lien avec Chiron (c'est son mentor). Ils sont également rapprochés par leur rapport à la mort. Héraklès a été élevé et exalté après sa mort (très douloureuse), et quant à Chiron c'est également sa rencontre avec une souffrance terrible qui lui a fait désirer la mort (alors qu'il était immortel). Cependant, Chiron sort tout de même triomphant au jeu de qui perd gagne : immortel il choisit de renoncer à l'éternité et en même temps à une souffrance sans issue. Il cède donc son immortalité à un plus nécessiteux, meurt... et puis "monte au ciel" épinglé dans la constellation du Centaure, ce qui symboliquement revient à réaffirmer son statut divin...

Quant à faire fonctionner ensemble Chiron et Héraclès, en binôme, avec une signification précise de leur couple et un rôle respectif pour nous montrer le chemin d'une guérison, et bien... l'idée n'est pas de moi et j'attends qu'elle se précise dans l'esprit de son auteur...

>> Ephémérides mensuelles d' D'HERACLES 
>> Observer l'orbite d'Héraclès sur le simulateur de la Nasa

jeudi 7 octobre 2010

Karma 3811

Pour ceux qui croient au KARMA et qui constatent que c'est une notion importante dans leur existence, il existe un petit astéroïde portant ce nom, qu'ils pourraient aimer placer dans leur thème natal ou dans celui d'auteurs ou personnalités publiques connues pour leur implication dans le développement de ce concept.

Sur ce sujet, on pourra relire les articles du Bulletin suivants :
Si le premier article s'efforce de rétablir une signification originelle d'un terme reconnu "galvaudé", le "retour aux sources" garantissant une meilleure compréhension de la notion, le second s'attarde plutôt sur les différents "concepts" existants. Il répond à la question simple (qui ne l'est pas tant) : quand un individu dit qu'il croit au karma à quelles métaphores de la vie fait-il implicitement référence ?
Est-ce la théorie "Oeil pour oeil" ? Est-ce qu'il pense que la vie est une école d'apprentissage pour l'âme ? Ou bien se figure-t-il plutôt que la vie est une sorte de théâtre où l'âme doit jouer tous les rôles pour s'accomplir ? 
En fonction de ces différentes croyances (qu'elles soient justes ou pas), l'attitude de la personne ou même du conseiller astrologue qui croit en ces notions pourra s'avérer très différente d'une personne à l'autre...


Histoire et astronomie de l'astéroïde Karma

Revenons à notre astéroïde. Il ne s'agit pas d'une découverte récente puisqu'il a été distingué pour la première fois par Liisi Oterma, une astronome finlandaise, dont l'activité de découvreuse d'astéroïdes (54 au total !) s'est principalement déroulée durant la Seconde Guerre Mondiale. Karma a une particularité, c'est son tout dernier astéroïde, officiellement découvert le 13 octobre 1953 à Turku (Finlande). D'après les données de la NASA on suppose qu'il aurait pu être découvert plus tôt encore en 1912.
Appartenant à la Ceinture Principale, il fait le tour du Soleil en un peu plus de 4 ans. Son orbite est probablement un peu excentrée (des informations précises dès que je récupère une applet Java qui marche... pour capturer son orbite sur le visualisateur de la Nasa).
En moyenne, l'astéroïde passerait 4 mois dans chaque signe. On repère néanmoins que les périodes de rétrogradation associées à cette orbite assouplissent cette règle.
Par exemple : cette année (2010) le Capricorne est particulièrement concerné ! Entré début mars, Karma a opéré un retrait sur le Sagittaire de juillet à septembre, avant de repasser en mouvement direct dans le Capricorne dont il ne sortira pas avant janvier prochain (2011)... soit en tout 8 mois dans ce signe avec une pause à mi-parcours.
On l'aura compris, il vaut mieux vérifier les éphémérides.

>> Ephémérides mensuelles de Karma chez J.Dunn

Signification

Si une réflexion sur la signification du concept peut toujours aider, j'ai aussi trouvé quelques éléments prêts à l'emploi sur Internet.
Partant pourtant de l'excellente méthode qui consiste à analyser le thème de découverte, un auteur met en avant que le Soleil se trouvait en Balance à ce moment, accentuant la notion d'équilibre, ici l'équilibrage à trouver possiblement entre les actions passées, et les actions présentes. Il est rappelé que selon les Védas, la loi du Karma est une loi du plan physique (du monde matériel) à laquelle même les dieux sont soumis.

Le lien que j'indique ici, donne en anglais quelques indications peu nuancées sur la position de Karma en signes. Voici la signification générale qui est proposée (traduction littérale) :
Karma peut indiquer un équilibre positif ou un équilibre négatif (sic).
Les événements Karmiques négatifs sont par exemple : accident, crise cardiaque, exposition à des événements brutaux qui semblent injustes, pertes financières.
Les événements Karmiques positifs sont de soudains accès de bonne fortune ou de chance imprévus, la rencontre d'un amour, etc...
Karma rétrograde signifie que vous avez distribué (dilapidé ?) plus de karma négatif que positif dans le secteur (maison) concerné par sa position.
Karma en carré de Mars, Saturne et Pluton est un indicateur typique de karma négatif, tandis qu'en trigone du Soleil, de Vénus et de Jupiter, c'est un signe de karma positif (ben voyons...).
L'auteur termine en recommandant un "examen très attentif du thème natal (complet) avant de formuler la moindre conclusion". Excellent conseil ! Si Saturne est le seigneur du Karma, utilisons-le positivement pour affirmer que prudence et point trop de paroles sont de mise !

A LIRE AUSSI
L'Oeil d'Horos : karma



samedi 2 octobre 2010

Les planètes déchues

Lorsque Pluton a été déclassé du rang de planète en 2006, la nouvelle a fait de l'effet ! Chez les astrologues plus que partout ailleurs. Cependant, cette décision de l'Union Astronomique Internationale n'était pas "extraordinaire". En effet, ce n'était pas la première fois que la science réajustait ses paramètres et critères de classification au vu de nouvelles informations...

Pour être complète signalons tout de même qu'il n'y a pas que des "astéroïdes" à avoir été pris pour des planètes, nous avions aussi :

Des lunes
Outre notre luminaire favori (la Lune) qui était classifié comme "planète" selon la définition donnée dans l'Antiquité, il y a surtout les 4 plus grandes lunes de Jupiter, découvertes par Galilée (voir les Bulletins n°49 et 50*) et celles de Saturne - à savoir Titan, Japet, Rhea, Thetys et Dioné - découvertes par Huygens et Cassini, et qui furent tout d'abord prises pour des planètes.

Des planétésimaux
Drôle de nom pour désigner de gros astéroïdes ! L'auteur à succès Isaac Asimov propose même le terme de "mesoplanète".
Dans cette catégorie, on trouve Cérès, Pallas, Junon et Vesta qui sont restées "planètes" pendant une cinquantaine d'années. Aujourd'hui Cérès est "une planète naine". Elles sont localisées dans la Grande Ceinture (en deça de Jupiter).
Mais depuis quelques années on découvre d'autres gros astéroïdes dans la ceinture dite de Kuiper, au delà de Neptune. C'est là que foisonnent nombre de candidats au statut de "planète naine". Leur taille voisine ou dépasse légèrement celle de Pluton qui appartient d'ores et déjà à cette catégorie. Pluton était une planète depuis presque 80 ans.

* voir sur le site Bulletins 49 et 50 de 2009 / Article en deux parties : Jupiter, un mini système solaire

source : Wikipedia anglais, article planète.

Quel impact pour l'astrologie ?
Et bien tout dépend des théories qui remportent notre adhésion... On ne le dira jamais assez, l'astrologie repose sur des théories, des conceptions du monde. Ce sont ces théories qui devraient être les lignes directrices de la pratique praticienne. Nous n'en parlerons pas là, le post serait trop long.

Différentes attitudes face au déclassement de Pluton
  • Le "on s'en fiche, on l'utilisait pas". Pour les astrologues partisans de l'astrologie traditionnelle : aucune importance car les trois dernières planètes ne sont pas prises en compte... Seules les planètes "visibles" (jusqu'à Saturne) le sont.
  • Le "on ne change pas une équipe qui gagne". Certains astrologues (humanistes, psycho-astrologues...), et ils sont nombreux, n'ont tout simplement rien changé à leur façon de faire... 80 années d'observation de Pluton en action en tant que régent du Scorpion laissent une conviction importante de son "fonctionnement" et le fait de "changer son étiquette" ne saurait avoir d'impact sauf dans la façon dont les astrologues eux-mêmes se positionnent par rapport aux décisions des astronomes... 
  • Le "bon débarras, adios amigo". D'autres encore ont tout simplement décidé que Pluton n'étant "plus une planète" il convenait de ne plus l'utiliser, en vertu d'une théorie qui voudrait que seules les planètes soient à prendre en compte en astrologie. (On aura compris que je ne suis pas du nombre étant donné les objectifs de ce blog...). Le mystère de ce choix : depuis quand les astrologues écoutent-ils ce que disent les astronomes ? Si on pousse ce concept à fond, l'astrologie est une vaste supercherie :-D
  • Le "une planète, c'est une planète". Certains astrologues peu nombreux, ont décidé d'appliquer le même concept tout aussi catégorique mais dans l'autre sens : la théorie du verre à moitié plein, plutôt que du verre à moitié vide... et de se mettre à étudier les planètes naines, (du moins celles dont ils ne savaient rien) en partant du principe que dans planète naine, il y a "planète" ... Certains astéros se trouvaient ainsi "promus" au rang prestigieux de planète, même si c'était "naine",  ça valait donc la peine de voir cela de plus près.
  • Le "c'est pas la taille qui compte". Pour les partisans plus rares de la "microAstrologie" (dont je fais partie), le déclassement de Pluton ne change rien non plus. La théorie astrologique adoptée ne porte pas sur les "planètes" (naines ou pas) mais sur les "corps célestes" faisant partie du système solaire, et qui revient à dire que tout caillou est étudiable et digne d'être étudié, et que son impact dépend de notre ouverture à ce qu'il représente - que celle-ci soit consciente ou pas.

mercredi 29 septembre 2010

Les noms antiques des planètes

Alors même que certains astéroïdes sont nantis des mêmes noms que les planètes, ces dernières n'ont pas toujours porté le nom qu'on sait... Petit retour en arrière sur les différentes appellations selon les peuples.

Un transit de Marduk, Pyroeis ou Chandra vous guette ? Quézaco ? Même pas de nouveaux astéroïdes, mais plutôt de vieux noms de nos planètes !
On lit un peu partout sous la plume respectueuse des astrologues amoureux de leur discipline qu'elle existe depuis la "nuit des temps", mais si un praticien d'aujourd'hui se retrouvait brusquement téléporté à une autre époque, saurait-il encore retrouver ses petits ??? Rien n'est moins sûr.

Prenons par exemple les Grecs... On supposera peut-être qu'ils auraient pu appeler Saturne "Cronos"... et bien pas du tout. La planète la plus éloignée s'appelait Phainon. Si l'on vous parle d'Hélios et Séléné, la réponse vous semblera facile (le Soleil et la Lune) mais... si je vous dis Stilbon, Phaethon, Pyroeis, Phosphoros ??... En effet si Hélios et Séléné étaient à la fois le nom dieux et de planètes, ce n'était pas le cas des autres. Néanmoins les correspondances familières existaient : la planète Stilbon était consacrée au dieu Hermès, Phosphoros à la déesse Aphrodite, et ainsi de suite.

Découvrez ci après les noms des différentes planètes du septénaire, selon les civilisations classées dans l'ordre suivant : Soleil - Lune - Mercure - Vénus - Mars - Jupiter - Saturne
  • Grecs : Hélios - Séléné - Stilbon - Phosphoros - Pyroeis - Phaethon - Phainon
  • Babyloniens : (Shamash) - (Sin) - Nabu - Ishtar - Nergal - Marduk - (Saturne)
  • Inde : Surya - Chandra - Budha - Shukra - Mangala - Brhaspati - Shani
Nota : Pour les planètes dont le nom est graissé, il existe un astéroïde qui porte ce nom.

PS : le premier qui demande pourquoi je ne donne pas les noms pour Uranus, Neptune et Pluton finira au coin avec un bonnet d'âne.

dimanche 26 septembre 2010

Apprentissage sur le Ptah

L'astéroïde Ptah (5011) n'a rien de spécial pour attirer les foules. Et pourtant, il figure au menu du 57e Bulletin de l'Oeil. Minuscule, décalé, oublié... On se demande bien pourquoi il faudrait en parler ? Ce poids-plume est-il assez consistant pour mériter notre attention ? 

Et bien à priori non ! Mais Ptah est pourtant l'un des premiers astéroïdes méconnus qui aient attiré mon attention et car son transit coïncidait avec un épisode impressionnant (mais pas grave) de la vie d'un ami qui s'était retrouvé pris dans un incendie.... Et alors, me direz-vous ?
Jamais je n'aurais eu l'idée de vérifier la position de cet astéroïde si un rêve que j'avais effectué quelques jours auparavant ne m'avait montré un personnage ultramagnétique aux prises avec un incendie (on pourrait dire une combustion spontanée).
Un bon exemple de la façon dont mon inconscient fonctionne : il y a toujours un déclencheur pour aller vérifier la position d'un astéroïde.

A dire vrai, j'ai découvert la taille minuscule de l'astéroïde en rédigeant l'article. En creusant les circonstances de la découverte et l'astronomie, je trouve des données intrigantes. Sur son orbite, son ancienneté...  
Intrigant et troublant sont deux caractéristiques que j'associe personnellement à cet astéroïde, vraisemblablement parce qu'il doit avoir un rapport avec l'énergétique, discipline que je trouve également intrigante et troublante... et ce qui se ressemble s'assemble si spontanément dans un esprit comme le mien.

Dans le panthéon égyptien, Ptah fut un dieu créateur rassemblant de nombreuses fonctions plutôt universelles et vastes, et ayant réussi à perdurer grâce à de nombreuses "assimilations" ou "partenariats". On retrouve ici l'axe Bélier Balance qui est important dans le thème de découverte : le Bélier pour l'étincelle créative des commencements, la Balance pour les assimilations avec d'autres dieux. Mais aussi pour la notion d'équilibre.
Le sentiment qui émane de cette recherche est celui de se retrouver devant une tête d'épingle plutôt dense sur le plan de la signification, possédant des ramifications dans le domaine de la santé et de son équilibre, de la spiritualité avec le devenir de l'âme, de la matérialité avec une dimension d'ingénierie et de construction concrète (et solide !).

Pourquoi est-ce que cela m'inspire ? Si j'osais, je dirais que Ptah est un "has been" complet, plus oublié tu meurs ! :-D Faites le test : demandez le nom d'un dieu égyptien, et comptez à quel rang Ptah arrive... si jamais il arrive !!! Ce n'est donc pas par sa "notoriété" qu'il a pu venir frapper mon imagination...

Mon intérêt pour l'Égypte ancienne, inextinguible depuis l'âge de 12 ans, est inexplicable rationnellement. Pas de bain culturel spécial, ni de connexion avec des milieux archéologiques, de proximité d'un musée... L'Égypte est exceptionnellement absente de mon monde extérieur. Par contre, il y a une chose de sûre : l'astéroïde Ptah est conjoint à mon Soleil.
Est-ce là l'argument ultime ? Est-ce que cela dit tout, ou définitivement rien ?

La vraie question serait : est-ce que je porte "inconsciemment" (conjonction arrière) des valeurs proches de celles de Ptah en étant moi-même ?

Si vous pensez qu'on a tous en nous quelque chose de Ptah aussi, téléchargez le Bulletin 57 : Au commencement était le verbe.
Ou vous pouvez chercher d'autres dieux par le billet Croisière sur le Nil.

>> Ephémérides mensuelles de Ptah chez J. Dunn

samedi 25 septembre 2010

Eros & Amor : like a love machine

Tout juste évoqués dans la note précédente, Eros et Amor sont les stars du Bulletin n°56 (Eros et Amor, parcours fléché).

Non parce que bon, j'en connais qui sont insatiables, et qui pour le coup, ne reculeraient devant rien, pas même le nombre, pour avoir une petite chance de "rencontrer l'amour"... :-D
Ici, multiplier les offrandes aux dieux, ce n'est pas se "disperser" mais bien mettre toutes les chances de son côté ! Un peu comme ceux qui, voulant vendre leur maison, la mettent dans plusieurs agences...
Alors, si Vénus la romaine, ne vous donne rien qu'un sourire et une petite tape amicale sur la tête (bon chien, bon chien, va chercher ailleurs, je me recoiffe) je gage que vous ne sauriez trouver que vous êtes infidèle en allant voir Aphrodite, Astarté, Hathor...

Eros
Et si ce n'est pas suffisant, vous pouvez vous rappeler que la force est très puissante dans sa famille... :-D Oui, vous pouvez aller voir Eros et sa tripotée (?) de clones. J'ai nommé : Amor, Cupidon, Kama... La liste n'est sûrement pas exhaustive.

Pourquoi Eros ? Pour faire simple, parce que sa mythologie affirme textuellement qu'il "rend amoureux".
Vous êtes là tout tranquille, votre vie se déroule normalement, et soudain : tchonk ! une flèche de son arc (on se demande bien trempée dans quoi...) vous a frappé le coeur, et vous voila amoureux. Pour le pire comme pour le meilleur.

Non je ne vous suggère pas de vous rappeler l'histoire de Pasiphaé justement. Elle est tombée amoureuse d'un taureau. Non un vrai... C'était vraiment pas de chance ! Combien d'autres sont au moins tombés sur des dieux simplement "travestis" en animal... Bref, résultat des courses : un Minotaure avide de chair fraîche à endiguer tant bien que mal, je ne vous raconte pas le bintz. Merci Eros.

Ceci pour vous dire qu'Eros vous rendra bien amoureux, et vous trouverez ça merveilleux. Merveilleux... jusqu'à ce que l'effet se dissipe. Oui ça peut ! Et même, ça va !
Mesdames, vous savez ce que je veux dire, vous pensiez avoir épousé un grand prince, et lorsque vos yeux s'ouvrent enfin, vous ne voyez plus qu'un minuscule crapaud...
Messieurs, la jolie fleur que vous aviez cueillie avec tant de ravissement est devenue une vache : une jolie fleur déguisée en vache, une jolie vache déguisée en fleur, qui fait la belle et qui vous attache et qui vous mène par le bout du coeur...
Ah misère ! Que s'est-il passé ? Rien qu'Eros qui n'a fait que ce que vous vouliez : vous faire rencontrer l'amour. Faites attention à ce que vous demandez, une "rencontre" c'est une chose. On n'a jamais dit que cela devait durer. Surtout si vous ne supportez pas les batraciens et les bovidés.

Amor
Mais allons, allons, je donne l'air de penser que l'amour n'est qu'un ensorcellement factice qui nous attrape simplement parce que nous sommes fragiles et ouverts, si désireux d'être touchés par sa grâce... et qui disparait comme il est venu, parce que le rêve éveillé ou nous mouvions comme un danseur, s'est brisé contre une condition sine qua non.

L'amour, ce n'est pas forcément projeter nos sentiments sur quelqu'un en essayant de le faire rentrer dans le costume de notre partenaire idéal... (ah non ?)
Si vous ne voulez jamais vous réveiller de ce rêve d'amour, vous pouvez. Vous pouvez vous adresser à Amor (ou à Cupidon). Il est mignon, il est innocent, il ne voit le mal nulle part. Il est confiant et l'amour dont il vous touche peut durer longtemps très longtemps... Cet amour fonctionne presque en circuit fermé. Combien encore marqués par la flèche d'Éros, ont besoin de "relancer" la passion, de "pimenter" le plat, d'introduire de la "nouveauté"... Avec Amor rien de tout cela. Il vous aime, point. Et rien de ce que vous ferez ou direz ne changera rien à rien. Il n'est pas sujet à... l'éros-ion. :-D
Vous trouvez cela formidable ? Mhh, essayez quand même de ne pas tomber sur un psychopathe énamouré. Il est presque impossible de s'en défaire.
Bon j'exagère, mais il est bon de pousser un peu les idées dans leurs retranchements pour voir où elles mènent.

Sappho 
L'auteure des articles que j'ai traduits adjoint également à son étude des "love machines", l'astéroïde Sappho qu'elle n'associe pas au lesbianisme mais à la sexualité prise comme "impulsion purement physique", là où Eros et Amor impliquent davantage des sentiments et des pensées (pas forcément réalistes).

Pour ceux qui sont motivés par le sujet, cela signifie que vous pouvez tomber amoureux autant que vous voulez, cela ne veut pas dire que cela se traduira forcément par des draps froissés... à moins que des marqueurs astro plus tangibles ne s'adjoignent aux configurations.

Et si vous n'avez pas trop les mains qui tremblent, vous pouvez...

> Voir chez J. Dunn, les éphémérides mensuelles de Eros / Ephémérides mensuelles de Amor
>> Télécharger le Bulletin

jeudi 23 septembre 2010

Pandora II

Nous avions déjà parlé de l'astéroïde Pandora de façon tout à fait classique dans le n°40 mais de nouvelles pièces ont été versées au dossier depuis. Un ras de marée bleu a déferlé sur nos écrans et maintenant tout le monde sait que Pandora est une lune et pas la première femme grecque !!!

Bulletin n°55 : Pandora dans le thème de James Cameron

Un tout petit bulletin dont le titre est celui de l'article principal.
Au vu du récent ramdam fait par un certain film nommé "Avatar", je me suis dit que je devais aller jeter un oeil sur le thème du réalisateur (qui a aussi été le scénariste) pour voir si l'astéroïde Pandora et qui porte le numéro... 55, n'y serait pas pour quelque chose...
Résultat de mes observations (rapides) sur la position en natale et le transit durant l'évolution de ce projet cinématographique.

Pandora est aussi le premier astéroïde à soulever le cas de l'investissement d'une signification forte d'un nom, par autre chose que sa mythologie originelle... On n'est plus dans le cas du "doublon" mais dans celui d'une recréation originale, d'un réensemencement du sens. Et rien que pour ça, ça vaut le coup d'y réfléchir deux minutes.

>> Ephémérides mensuelles de Pandora chez J. Dunn

>> Se rendre sur la page du site pour le télécharger

L'épineux problème des doublons

Pour ceux qui ne vont pas régulièrement sur le site (hontatoi, lecteur non assidu ! qui te contentes de surveiller le flux RSS de ce blog), la bonne surprise du jour, c'est que pas moins de 3 numéros sont sortis depuis celui des chevaliers de la Table Ronde... Eh oui... :-D A commencer par :

Bulletin n°54 : Une déesse... et trois astéroïdes !


Le Bulletin n°54
se fait fort de lancer un pavé dans la... soupe (aux cailloux) : il y a des astéroïdes. :-D Non je rigole. Ce Bulletin-là devrait être situé au début de toute la liste... Ah bah tiens, il l'est, bien rangé dans la page des Bulletins de 2004.
Et pourtant, lorsqu'on a compris comment accéder à des listes d'astéroïdes et qu'on est assez fou pour les éplucher, on réalise vite qu'il va y avoir comme un souci avec certains :

Les astéroïdes qui doublonnent les planètes
Oh trouble troublant : il existe un astéroïde Hermès, un astéroïde Aphrodite, un astéroïde Zeus, un astéroïde Poséidon.
Lorsqu'on se préoccupe de la signification des planètes, il y a forcément un petit moment où l'on est un peu obligé de faire de la mythologie, et on se rend compte que les noms des planètes ont beau être romains, ils dérivent tous de la culture grecque...
Alors que faire de ces petits astéroïdes au nom "légitime" qui viennent challenger les grosses planètes en faisant référence à ce qui est leur véritable essence (l'origine grecque) ? Faut-il les différencier ? Comment le faire le cas échéant ? Pourquoi ?...

Les astéroïdes qui se doublonnent entre eux
Non content de se retrouver avec des challengers pour "les grosses" (c'est affectueux), il y a aussi des astéroïdes qui se défient entre eux ! On repère par exemple pas moins de :
  • 3 Athéna : Pallas, Athene et Minerva !
  • 2 Perséphone : PerséphoneProserpina*
  • 2 épouses du roi des dieux : Héra et Junon
  • 2 "Déméter" avec : Déméter et Cérès
et chez les gars c'est le même bazar :
  • 3 "Cupidon" avec Éros, Amor et Cupidon (voir le Bulletin 56)
  • 2 forgerons divins : Hephaïstos et Vulcano

Les astéroïdes faisant référence à d'autres panthéons (non gréco-romain) et qui doublonnent soit des planètes soit des astéroïdes, soit autre chose
...
Par exemple dans les filles un peu connues, on se retrouve avec :
  • une Cybèle pour concurrencer Rhéa...
  • une Hathor (égypte) et une Astarté (mésopotamie) qui ont, peu ou prou, les mêmes significations qu'Aphrodite et Vénus puisque l'on fait référence au même archétype...
  • un Kama qui viendrait s'ajouter aux déjà 3 cupidons... Qui c'est celui-là ? Mais si vous le connaissez... il est célèbre pour ses "sutras", ouiiii... le dieu de l'amour indien avec un arc qui balance des fleurs de lotus, mais siii... probablement pour ouvrir le chakra du coeur qui est aussi appelé lotus... la nature est bien faite ! ;-)
et j'en passe...
Ah oui. Moins on en connait, plus il est facile d'avoir des certitudes...

Bon je sens que vous êtes déjà sur les rotules du cerveau... Alors comment on fait pour s'en sortir ? Mes chers petits Thésées, suivez le fil d'Ariane. On ne s'en sort justement pas en pensant que les dieux sont identiques, mais plutôt qu'ils ont de légères différences.
Et oui, depuis le temps qu'on vous le dit : les astéros sont ennemis des simplifications réductrices et des algorithmes de compression qui bousillent les nuances en mettant les trucs "presque pareils" dans le même panier...

Donc si vous aviez l'un de ces astéroïdes "challengers" bien placés dans votre thème, votre mission serait de découvrir : 1- la signification globale qui réunit tous les panthéons ; 2- le particularisme local et spécial propre à la culture qui a fait émerger la divinité.
Si vous aviez 2 ou 3 de ces astéroïdes bien placés : raison de plus pour entamer une étude approfondie vous pourriez apprendre quelque chose d'intéressant sur l'une de vos facettes intérieures...

* nota : l'astéroïde 504 Cora qui ressemble à "Coré" fait référence à une belle-fille du Viracocha inca (si l'on en croit Wikipedia). Depuis 2003 nous avons également une petite lune de Jupiter (la 66e) qui porte le nom de Coré (elle est la fille de Zeus).

>> Pour télécharger le Bulletin n°54

mercredi 22 septembre 2010

TORO 1685

Signification astrologique de l'astéroïde Toro
par Demetra George

Toro, le mot espagnol pour Taureau, symbolise le principe de la force effrénée et du pouvoir. Depuis l’Age de pierre jusqu’aux temps modernes, le taureau s’est distingué comme la personnification suprême du pouvoir et de la fertilité. Les peintures rupestres du haut Paléolithique dépeignent la croyance de l’humanité en une magie spéciale provenant du taureau. La vénération d’une divinité bovine s’est faite jour chez les Sumériens, les Hittites, les Cananéens, les Hébreux et en Inde où elle se poursuit toujours. Les spectacles de saute-taureau des Crétois et les rites religieux secrets des cultes de Dionysos et Mithra tentaient d’extraire le mana (ou essence concentrée du potentiel de fertilité bovin) pour le profit de l’humanité.

D’un point de vue astrologique, Toro représente un intermédiaire dans l’octave de progression qui va de Mars à Pluton ; il transforme le désir brut et instinctif de Mars en pouvoir contrôlé, concentré et pénétrant de Pluton. Toro décrit également notre gestion et nos réactions face aux assauts d’influx violents ou négatifs que nous pouvons expérimenter en nos propres esprits, qu’ils proviennent de l’extérieur ou de l’intérieur de nous-mêmes.

Lorsqu’elle s’exprime de façon inconsciente, l’énergie de Toro peut se manifester comme une force brute ou une agression sans pitié. Lorsque ce pouvoir est réprimé ou projeté, il fait de nous une victime passive d’attaques ou d’agressions extérieures. 

Des manifestations plus expérimentées de Toro impliquent la maîtrise des arts martiaux qui cherchent à infléchir ou à retourner l’agression, l’application à une résistance non violente, et la capacité de transmuter des forces susceptibles de blesser en forces de protection. Savoir comment faire de son ennemi un allié est un pouvoir véritablement puissant, et spécialement lorsque « l’ennemi » réside au sein de notre propre personne ! Ainsi les enseignements secrets de Toro concernent l’apprivoisement du pouvoir intérieur du taureau résidant en chacun de nous, et l’art de le diriger pour servir des buts constructifs.

Dans une étude de thème, un Toro valorisé indique que la recherche de la canalisation adéquate de son propre pouvoir, sera l’œuvre d’une vie. Lorsque cette force est correctement manipulée, l’individu Toro fait montre de force, de puissance et d’une vitalité inhabituelle. 

Les positions difficiles de Toro attirent l’attention sur de possibles explosions de violence ou de destruction, jusqu'à ce que la force intérieure soit mise au service du bien. Si ce pouvoir est projeté, il est possible de faire l’expérience de peurs, de paranoïa, ou de situations de victimisation.

Les aspects de Toro aux planètes suggèrent une force et une puissance accrue pour les sujets indiqués par la planète contactée. Par exemple, Mercure-Toro peut représenter des communications persuasives, Toro-Lune un pouvoir émotionnel, Toro-Neptune, un pouvoir spirituel, etc. 

En synastrie, les contacts avec Toro dépeignent les secteurs où des luttes de pouvoir et des confrontations sont le plus susceptibles de se produire.


Extrait de : Asteroïd Godesses – D.George et D. Bloch – Ibis press - The minor asteroids: An overview p.191

>> Interprétation de Toro par M. L. Wescott
>> Ephémérides mensuelles de Toro chez J. Dunn

Fan de Kaamelott II

Tous à Table !

Les plus vieux se souviendront peut être d'une précédente note de blog intitulée "Fan de Kaamelott"  où je donnais les noms des astéroïdes impliqués dans la légende arthurienne.
Mais réfléchir un peu tout seul par rapport aux astéroïdes semble toujours délicat si on n'a pas vraiment l'habitude.

Dans cette optique, je présente dans le 53e Bulletin de l'Oeil d'Horos, la traduction de quelques courtes réflexions de J. Lehman sur les astéroïdes Arthur, Parsifal, Lancelot et Galahad. Ces textes permettent de se faire une idée et de voir comme l'auteure sélectionne une ligne de sens d'après la légende (ou la mythologie, dans le cas d'Odysseus).

>>Télécharger le Bulletin 53 depuis le site

***
Anglo-saxons et légendes arthuriennes

Je profite de la note pour répondre à une question de lecteur (si, j'en ai !!!!) à propos de l'exception culturelle qui pousserait des anglosaxons à trouver la légende de la Table Ronde plus évidente ou plus naturelle que pour un frenchie qui n'a pas étudié son Chrétien de Troyes en classe de 4e...

Étant une inconditionnelle des pendragonitudes moi-même et depuis le plus jeune âge, je n'ai pu que constater dans la littérature de SF et Fantasy, pléthore de titres relatifs à cette légende, et combien elle semblait inspirante pour beaucoup. Les nombreuses variantes que j'ai pu lire ne sont pas forcément textuellement l'histoire du Roi Arthur. Mais une sorte de référence permanente en toile de fond, sur laquelle on brode, on fait des allusions, on réécrit ou réinvente... en le mixant avec d'autres choses, par exemple avec des légendes plus nordiques.

Il me semble donc que l'idée de la création d'une chevalerie autour d'un noble idéal fait partie des archétypes nourriciers anglo-saxons.
Il n'y a cependant pas besoin de s'en tenir à une esthétique moyen-âgeuse... Je songe aux centaines de milliers de jeunes enfants qui ont "accroché" à la Chevalerie Jedi qui présente basiquement la même configuration : un ordre, des idéaux politiques (sauver la République, on dirait aujourd'hui la Démocratie...) une dimension spirituelle un peu magique et mystérieuse (la Force) et... de fantastiques épées-laser.
Quizz : A quoi reconnaît-on le chevalier Jedi ? au sabre.
A quoi reconnait-on le samourai ? pareil !
A quoi reconnaissait-on le chevalier ? au cheval. :-D (non ils avaient aussi une épée).

La légende arthurienne comporte des figures emblématiques : pour ceux qui ont un animus de type Sage, Merlin est parfait (tout le monde ne peut pas être Guerrier). Mais il ne faut pas se voiler la face, le nerf de la guerre, ça reste l'aspect le moins "contemplatif" du chevalier  : le combat. :-D
Et avant d'aller traîner chez les anglosaxons, signalons que le domaine du jeu sur ordinateur est infiltré à fond. Le geek aime balancer des sorts de localisation.
Dans NCIS, "le bleu" (enquêteur, écrivain et informaticien) est "le Roi des Elfes". Dans Stargate, le Dr Lee (un scientifique) avoue qu'il a atteint un niveau élevé de "Mage" sous Warcraft.
De mémoire : Diablo, Baldurs' Gate, Worlds of Warcraft, Prince of Persia, Seigneur des anneaux...
Qui joue à ces jeux ? et pourquoi pas à des jeux de guerre réalistes (qui existent aussi...).

Les fiches concernant les astéroïdes, je rassure tout le monde, sont beaucoup plus sobres et n'impliquent pas qu'on soit fan de jeu de rôle, mais pour ceux qui le sont, ça reste une piste.

lundi 20 septembre 2010

Va donc vulgariser Vulcain

Si un jour vous vous êtes dit, "je veux en savoir plus sur Vulcain", vous tombez bien. Parce qu'il y a bien de la matière pour une planète qui n'existe pas !

Les astéroïdes
Ici au Gravier Cosmique nous nous intéressons spécialement aux astéroïdes, et il en existe deux qui portent les noms de Hephaistos (#2212) et Vulcano (#4464) et qui pourraient fournir au moins un support de recherche.
On peut également faire une recherche sur l'astéroïde Ptah (5011) appartenant au panthéon égyptien et qui présente une forme de cousinage avec Hephaïstos-Vulcain.

Les planètes bizarres
  • Vulcain est une planète éthérique de l'astrologie ésotérique (Alice Bailey) proche du Soleil, possédant la régence du Taureau. Elle est considérée comme "sacrée" (dans le contexte théosophique).
Le logiciel gratuit en ligne astro.com les insère à ses cartes avec les codes respectifs de h56 et h55. Le logiciel payant Auréas possède un module spécifique pour travailler l'astrologie uranienne.Il semble qu'on puisse insérer également les Transneptuniennes de Hambourg avec les logiciels Astrolog32 et Zet Lite.

Une planète de science fiction
La planète Vulcain est aussi popularisée par la série de fiction Star Trek. Détail d'importance, elle n'est pas dans notre système solaire mais tourne autour d'une étoile du système Eridani. Voici comment elle est décrite physiquement sur l'un des sites encyclopédiques consacrés à la série :
<< Vulcain a une très forte gravité et une atmosphère plus fine que la Terre. Son climat est généralement rude avec à sa surface de nombreux déserts et chaines de montagnes et aussi avec de petites mers ici et là. Les zones désertiques ont tendance à s'agrandir et subissent des tempêtes de sable brûlant, électriques accompagnées de fortes lumières (comme des éclairs au sol).
Vulcain et ses sites naturels attirent de nombreux touristes, comme les volcans en activité, de vieilles ruines ou encore les champs de lave.
Les sites religieux étaient également d'un grand intérêt (...)>>
site source : Memory Alpha

Les articles à lire

Blog Cosmicaravan - par Tsilikat
Intro pour l'étude de Vulcain
Urbain Le Verrier, Mercure et Vulcain
Vulcain, mais où est donc Ornicar ?
To be vulcan or not to be - Walter Gropius

Blog Esoblog
Mercure (et Vulcain) - par Jean Carteret

Jean Carteret semble postuler l'existence d'un double septénaire planétaire, l'un visible (jusqu'à Saturne), l'autre invisible à partir d'Uranus, auquel il ajoute deux planètes "encore non découvertes" ? qui sont Proserpine et Vulcain.
Là où Pluton est l'octave supérieure de Mars, Proserpine serait celle de Vénus et Vulcain celui de Mercure, ce qui explique pourquoi il relie implicitement Mercure et Vulcain dans sa réflexion.
On notera qu'au sein de l'astrologie ésotérique les rapports de Vulcain avec Mercure existent également quoique présentés autrement.
  • Vulcain serait dans l'orbite intérieure de Mercure (càd pour les non astronomes) situé entre le Soleil et Mercure.
  • Le signe de la Vierge a pour premier régent Mercure, et pour second régent (régent ésotérique) la Lune mais dont on suppose fortement qu'elle "voile" Vulcain (dans la mesure où celui-ci n'est pas visible dans le spectre qui est accessible à nos yeux).

A LIRE AUSSI
Sur mon site L'Oeil d'Horos 
- Vénus et Héphaïstos 1 - B.20

- Héphaïstos ou la magie technicienne 2 - B.21

- Vulcain (le Vulcain de Le Verrier) - B.22

- (George) Lucas, le vulcanien - B.32




- Lunaison Taureau 2014 pour une petite interprétation de l'astéroïde Héphaïstos

Pallas Athena

La plus belle migraine de Zeus...

L'été 2009 a été l'occasion de vous traduire une bonne partie du travail de Demetra George et Douglas Bloch sur l'astéroïde Pallas Athéna.

Le numéro 50 des bulletins de l'Oeil d'Horos  lui consacre un article sur le versant mythologique, tandis que le Bulletin 51 traite intégralement de sa psycho-astrologie sur une dizaine de pages.
Évidemment, sans le catalogue des positions en signe et en maison (car c'est du dernier fastidieux à traduire...). :-D

Au passage, ce numéro coïncide avec le 5e anniversaire du site, j'ai retravaillé un peu sa maquette (son look, pour les profanes). On me dit qu'il faut vraiment être un professionnel pour voir que ça a changé... j'espère que vous aimerez quand même.

Sinon... Pallas ?
Ah oui... Et bien ne rêvez pas, vous n'êtes pas Zeus : elle ne vous filera pas la migraine !... A moins que vous ne soyez en train d'ignorer délibérément vos idées créatives, et de persister à ne pas les mettre en oeuvre dans la maison de votre Pallas, selon le style spécifique du signe zodiacal qui s'y trouve...
Comment cela, vous n'avez pas d'idées créatives ?... C'est de la calomnie ! Tout le monde en a, en fait. Mais quant à leur laisser libre cours, c'est une autre affaire. Car il faut être prêt à endurer bien de la solitude et une étrange réputation lorsqu'on est palladien(ne).

Laquelle ?
Et si... vous lisiez directement le Bulletin pour tout savoir ?

>> Télécharger depuis le site en haute définition ou feuilleter ci-après


Open publication - Free publishing - More pallas athena


>> A lire aussi : Astrocours.be / Pallas par J.M. Michiels
>> Discussion sur le forum Insignis : Pallas Athéna

Elles veulent tout !

En août 2008 paraissait dans le Bulletin de l'Oeil n°34 un article intitulé "Ce que femme veut". Il s'agit de la première partie d'un adage populaire louant la ténacité féminine (et c'est rare) : ce que femme veut, Dieu le veut.
Une légende urbaine veut aussi que Freud se soit énervé sur la fin de sa vie sur l'épuisante question : mais que veulent-elles (à la fin) ? Embryon de réponse.


En faisant un peu de rangement, j'ai retrouvé la base de réflexion utilisée pour rédiger l'article susdit, et que j'avais gardée pour constituer un autre article. Je me suis dit qu'il pouvait être intéressant pour une note. Cela consiste en une différenciation courte entre 5 images féminines qu'on peut relier à Lilith, Cérès, Pallas, Junon et Vesta.

GRATIFICATION
Lilith : j'éprouve du plaisir
Cérès : je donne la vie
Junon : je suis forte/puissante à deux - je suis sa moitié
Pallas :  je comprends / je sais (faire)
Vesta : je détiens les secrets

BLESSURE
Lilith : je dois sacrifier mes enfants
Cérès : mes enfants ne sont pas à moi
Junon : il me trompe tout le temps
Pallas : je ne suis pas le fils de mon père
Vesta : la cause n'a pas besoin de moi

POUVOIR REVENDIQUE
Lilith : la sexualité libre
Cérès : la procréation
Junon : le statut social du conjoint
Pallas : l'intelligence
Vesta : le savoir / le secret

Pour toutes
: irritation due au déséquilibre perçu et ressenti entre le masculin et le féminin

OBJECTIF DE RESISTANCE
Lilith (corps) : contrer la domination sexuelle subie ou imposée
Cérès (corps) : récupérer la puissance du matriarcat (nostalgie)
Junon (coeur) : contrer le statut inférieur de la femme dans le mariage
Pallas (tête) : contrer l'inculture ou la non-éducation des filles
Vesta (âme) : ne pas être exclue des mystères sacrés

Elles veulent donc tout : disposer de leur corps, éprouver du plaisir, être mère, pouvoir compter sur leur compagnon, être formée ou enseignée, accéder à tous les domaines sur compétences égales, ne pas être tenue à l'écart des mystères divins.
Anna L.

> Télécharger le Bulletin n°34 : Article "Ce que femme veut" p.16

samedi 18 septembre 2010

La combinaison des astéroïdes entre eux


par Liliana Cosentino - novembre 2002
Cet article est une traduction tirée du site italien Cida Catania.

Ces  aspects [entre astéroïdes majeurs] sont à prendre plus particulièrement en considération s'ils impliquent des maisons angulaires ou si le signe de la Vierge est spécialement important. Il faut aussi noter le Cancer, la Balance, le Scorpion, ainsi que le Verseau, du point de vue socio-individuel.

CERES - PALLAS
Activité utile sur le plan social. Besoin de contacts. Sensibilité pour la stratégie vécue de façon active et dynamique. Recherche de la liberté d'initiative. Point faible : difficulté à choisir. Clé d'évolution : se libérer des détails.

Exemple : Nietzche, conjonction à la Lune en maison I Sagittaire : la philosophie du comportement existentiel doit partir des profondeurs de l'être et ne pas être codifiée par des modalités extérieures et abstraites.

CERES - JUNON
Service au sein de l'union. Similaire à la signification de Junon en Vierge ou en maison VI. Réussite professionnelle plus ou moins modeste, en relation avec les indications fournies par le Soleil. Etats d'âme hypercritiques quand les résultats d'une entreprise ne vont pas de pair avec les attentes. Prudence à cause des moments de crise dans le couple.

Exemple : le général De Gaulle a passé la plus grande partie de sa vie en visites officielles pour répondre aux besoins de son éthique nationale (conjonction Cérès-Junon en maison III, Sagittaire).

CERES - VESTA
Zone de purification ou de pureté profonde. Abnégation développée qui cache un test important. Configuration qui apporte une intervention d'ordre psychologique ou spirituel. Lecture profane : déplaisirs professionnels ou exigences extrêmes, aux frontières du soupçon d'anormalité. Considérer la dominante du thème avant d'hazarder une interprétation, spécialement avec les Poissons dominants ou un Neptune isolé.

Exemples : conjonction en maison VIII en Vierge dans le ciel de Mao Tsé Toung. Quel travail ! Également : Paramahansa Yogananda chez qui la conjonction se trouve en maison IX en Taureau, au trigone du Soleil Capricorne : activité spirituelle et vocation initiatique à l'étranger qui le portent de l'Inde aux Etats-Unis !

CERES - CHIRON
Capacité d'être autodidacte, ce qui peut être au bénéfice d'une restructuration de la carrière professionnelle. Parvient à franchir toutes les étapes de l'évolution professionnelle.
Porté sur un type de bricolage "ingénieux" qui  peut être mental ou pas, selon la dominante du thème. De là provient l'exigence à s'éloigner de toutes les préoccupations habituelles parce que la "clé" se trouve en "quelque chose d'autre", consistant à se réinventer entièrement.

Exemples : Cérès et Chiron sont carrés à Pluton dans le thème de Karl Marx : l'étude profonde des rapports sociaux, conduit à l'élaboration d'une stratégie qui émancipe des conditions humaines de soumission. Le quinconce entre Cérès en Taureau, Chiron en Balance soutenu par le Soleil depuis le Verseau et Pluton en Bélier, dans le thème de Thomas Edison : que la lumière soit ! Et la lumière fut.

PALLAS - JUNON
Configuration qui parle de l'union par l'esprit et le coeur libre et ouvert. Un attachement naturel, affectueux et sain, permet de respirer sans calculer chaque geste. Les séparations sont coordonnées à deux, chacun s'en va en se rappelant le plus beau. Au négatif, se vit mal si se manifestent des rôles mal définis dans les relations intimes, avec un bilan négatif prévisible.

Exemple : conjonction Pallas - Junon en Verseau dans le thème de Khalil Gibran, l'auteur du "Prophète" : aimez-vous les uns les autres mais ne faites pas de l'amour un obstacle, qu'il soit plutôt une mer qui se meut entre les rives de votre âme.

PALLAS - VESTA
La femme assume ses responsabilités familiales en revendiquant son droit à l'expression sociale extérieure. Sujet dominant ou sur le pôle publique ou sur le privé, faisant pencher le plateau de la balance alternativement d'un côté ou de l'autre. Intelligence "spirituelle" basée sur la perception de l'essence des êtres et des situations, capacité d'être un médiateur dans les cas de tension (intimes ou sociaux). Capacité de lire dans les âmes.

Exemples : le biologiste Louis Pasteur trouva le microbe comme cause des maladies infectieuses ; Vesta et Pallas en maison IV, l'application de la recherche et la joie intime de la découverte ! Sigmund Freud a sondé les profondeurs de la psyché : triple conjonction Pluton, Vesta, Pallas au Descendant Taureau (le côté de la clientèle), Soleil, Uranus et Mercure en maison VII dans le même signe. Cérès conjointe à la Lune en maison VIII Gémeaux.

PALLAS - CHIRON
La guerrière pacifique sait affronter les risques si c'est nécessaire, pour modifier les situations qui sont insoutenables depuis longtemps. Fort magnétisme qui doit être cultivé avec patience pour  ne pas courir le risque de le disperser inutilement. Se demander par exemple, s'il ne serait pas possible d'aider par la pensée, à distance, quelqu'un qui ne comprendrait pas ou serait heurté par une intervention directe.

Exemple : la grande tolérance et les vues amples d'Aldo Moro, leader de la D.C. italienne dans les années soixante et soixante-dix, ne l'empêchèrent pas d'être enlevé et tué par les Brigades Rouges de son pays, à l'âge de 61 ans au sommet de son importance politique. Il préférait plutôt la conciliation étudiée sans céder sur les choses essentielles. Grand Trigone entre Pallas 22° Cancer, Vesta 22° Scorpion, Chiron 23°R Poissons.

JUNON - VESTA
Cette configuration cause une interférence au foyer ou dans le couple. Non seulement on se marie avec joie mais l'on découvre surtout par la suite que cela résiste à l'épreuve du temps et les choses positives d'une relation qui au début ne semblait pas attrayante. Achève une transmutation de l'affectivité sur un plan plus impersonnel. Une femme au tempérament social et indépendant se lie difficilement à une situation qui l'enferme dans une vie de sacrifice non désiré... Sens esthétique lié aux lieux de résidence.

Exemples : conjonction Vesta - Junon à 24 et 28° du Lion en maison VIII dans le thème de Bob Dylan, le chanteur pacifiste américain au magnétisme scénique qui fascina les jeunes des années soixante et soixante-dix. La même conjonction signe le thème de John Lennon, chanteur des Beatles en maison V (manifestation artistique). Union avec le rituel "sacré" d'une famille occulte : la société Théosophique créée par la medium Héléna Blavatsky (Junon et Vesta en maison XII en Cancer, Soleil en Lion).

JUNON - CHIRON 
De nos jours, un couple qui n'évolue pas s'atrophie. La maturité, liée à l'expérience, doit apporter des exigences régénératrices au sein du vécu conjugal. Réussite sociale possible dans des activités non-conventionnelles. Chez les types évolués : capacité de remettre en question sa propre fonction sociale. Au négatif, poids des offenses conjugales ou des affronts subis en public ; l'affectivité doit passer du niveau individuel au niveau impersonnel, du "moi" à "l'autre et moi". Se donner tout entier au bien être conjugal sans se sentir étranger à soi-même pour autant.

Exemple : trigone Junon-Chiron du Taureau à la Vierge dans le thème de Robert Badinter, ancien ministre français de la Justice, avec Uranus, le soleil et Jupiter en Bélier. Une préoccupation pour le concept même de "justice" chez les citoyens français. Sagesse évolutive (lutte pour l'abolition de la peine de mort).

VESTA - CHIRON
Configuration d'une profonde essence philosophique qui fait considérer comme rétrograde l'agitation du monde, sans se sentir pour autant inaccessible aux perturbations extérieures. Possibilité de se libérer des tendances égoïstes sur le versant de la vie intime, possible épreuve au niveau familial. Élargissement du champ de la conscience. Le fait de quitter l'univers du "privé" peut représenter un moment évolutif pour une personne peu adaptée aux variations existentielles. Capacité de défendre un territoire familial, social, professionnel... des agressions externes. Retraite par vocation philosophique.

Exemple : le peintre Pierre Bonnard a fini ses jours dans une solitude active et méditative au sein de la nature. Vesta et Chiron tous deux rétrogrades en maison IV et en Poissons.



Quelques notes sur... Rhéa

Rhéa, les Curètes, et la chèvre Amalthée au centre
La mère de tous les dieux

Amis des petits astres inconnus, le 49e Bulletin de l'Oeil d'Horos, publie quelques petites notes de recherches sur l'astéroïde 577 Rhéa.

Je suis partie de l'idée de départ, formulée par José Luis San Miguel de Pablos, dans "le Livre d'Ouranos et Gaia" que la déesse Rhéa pourrait représenter le concept d'évolution. Son époux Cronos (Saturne) représentant le temps, il me paraissait intéressant d'observer de plus près l'autre membre de ce célèbre couple de Titans et d'observer leurs rapports à cette lueur.

Il ne s'agit bien sûr pas d'une étude complète et poussée, mais de simples pistes...
Elles montreront au moins par exemple, combien il est important de s'assurer concrètement du mouvement des astéroïdes en récupérant leurs éphémérides. Comme je m'en étais déjà rendu compte avec le phénoménal petit astéroïde Hermès, Rhéa semble peu régulière dans sa rotation zodiacale, vue depuis la Terre, alors même que son orbite n'est pas très excentrique !...
J'ai pu repérer qu'elle reste une dizaine de mois dans certains signes, deux ou trois dans d'autres, mais aussi que d'un cycle de 12 signes à un autre (tous les 5 ans et demi), ces signes lentement transités ne semblent pas être les mêmes...
Ainsi concrètement, Rhéa semble offrir des possibilités d'évolution qui restent (avant modélisation informatique ?) relativement aléatoires et dépendre d'un mystérieux plan subtil.

>> Ephémérides mensuelles de Rhea chez J. Dunn

Pour lire tout l'article, téléchargez le bulletin 49 d'ici ou rendez-vous sur le site, dans l'index de 2009.
 
Anna L.

Chiron et les 5 crises majeures de l'existence

Fin mars 2009 sortie sur le site d'un Bulletin de l'Oeil thématique consacré à l'astéroïde Chiron.
Au menu deux articles, qui sont des traductions :

Chiron et les 5 crises majeures de l'existence, par Barbara Clow

L'objectif de ce texte est de mettre en avant le cycle particulier de l'astéroïde, qui à l'instar de celui de Pluton, ou bien de celui d'autres astéroïdes, n'est pas régulier.
Cette particularité astronomique implique que Chiron ne passe pas le même temps dans chacun des signes du Zodiaque : il reste plus de 8 ans dans le Bélier, et seulement 15 mois dans la Balance.


L'auteur a également étudié les positions de l'astéroïde par rapport à lui-même.
Elle relève que des crises individuelles, se produisent lorsque Chiron passe au carré de sa position natale, à l'opposition, au second carré, et au moment de son retour. Une chose est sûre, ce retour, lui est invariable et se produit à la cinquantaine pour chaque individu.
Cependant, du fait de son cycle irrégulier, et selon la position natale de leur Chiron dont l'orbite est plus ou moins éloignée, certains connaîtront leur crise du premier carré à un âge aussi tendre que 5 ans, et d'autres personnes à l'âge de 23 ans.
Il est donc nécessaire de faire un calcul spécifique pour chacun
et de grandes différences peuvent se faire jour entre les générations, dans le calendrier des aspects majeurs tendus.

Chiron et les vies antérieures, par Martin Lass

Le second article évoque la fameuse blessure de Chiron, et le problème de son origine. L'auteur postule qu'elle est forcément la trace de quelque chose que nous n'avons pas encore réussi à "aimer inconditionnellement" au cours de nos différentes incarnations, et à propos de quoi nous restons donc dans le blâme et le jugement.

Néanmoins l'auteur n'est pas dans la fascination des vies antérieures et de leur recherche par curiosité, goût des histoires, ou simplement pour comprendre. Il considère que les vies antérieures que l'on peut retrouver par la régression, ne sont pas différentes des images de rêve, et peuvent être tout comme elles, des outils thérapeutiques pour cerner et travailler la problématique d'une personne. Car sa démarche est thérapeutique. Dans cette optique, il a mis au point dans son livre (ne figure qu'un extrait au Bulletin), une série de scénarios possibles, afin que chacun puisse observer comment, et si, il y résonne.

>> Télécharger le Bulletin de l'Oeil n°48 : Chiron et les 5 crises majeures de l'existence

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...